Le vendredi 4 Janvier, la Radiodiffusion Ivoirienne diffusait sa traditionnelle de début d’année sur la première chaîne avec un direct sur sa page facebook. Belle opération, plus de 10 000 personnes en ligne pendant 1h40 minutes, près de 100 mille vues avec autant de commentaires. La , on le sait, depuis l’ère Hamadou Bakayoko est devenue une veritable puissance commerciale et marketing. La touche du manager est passée par là, il n’y a absolument rien à dire à ce niveau. Toutes les productions de la ont la confiance des annonceurs. Même si le contenu laisse souvent à désirer. Ce qui fut le cas de la cuvée 2019 de ””.

Lire aussi :Abidjan : La surprise de Samuel Eto’o à Yves De Mbella, l’animateur de Radio…

Bonjour 2019, les internautes ne sont pas contents

De l’avis des internautes, cette édition a été un fiasco total. Une production insipide avec des humoristes peu inspirés. La démarche était très simple à la suite de ce verdict. Donner la parole à ces humoristes, cœur de cible de l’émission. Constat d’ensemble. Sur cinq humoristes contactés avec un questionnaire inhérent à ”bonjour 2019”, aucun n’a voulu s’exprimer. Alors, la question qu’on se pose. Pourquoi les humoristes refusent-ils de parler ? Sont-ils sous le coup d’une certaine censure de la part de la RTI ? Est-ce la promotion de la loi de l’omerta ? Avant que ces questions ne trouvent réponses, nous avons notre approche.

La RTI, une maison où la parole n’a jamais été libérée

De mémoire de journaliste, il nous est arrivé de voir rarement les journalistes et animateurs de la RTI s’exprimer librement. Plusieurs journalistes de la RTI qui ont franchi ce pas par le passé se sont fait sanctionner. Le cas de David Mobio qui nous a accordé une interview il ya dix ans en arrière reste un exemple patent. Les cas sont légions. A la RTI, c’est la règle. On ne doit pas parler. Et pourtant, les célébrités télévisuelles et radiophoniques sont un vivier pour la presse écrite, les médias en ligne. Malgré les nouvelles règles managériales, rien n’aura changé. Les acteurs directs ou indirects à l’instar des humoristes qui prennent part aux émissions de la RTI sont tous sous le coup. Alors lorsque nous les approchons et que le questionnaire a trait à une production comme ”Bonjour”, les ardeurs enthousiastes au départ, sont tout de suite refroidies.

Lire aussi : Abidjan-Avis de disparition du musicien Yvan Kouamé, l’ex collaborateur de Serge Beynaud : les…

Les humoristes ont peur pour leurs têtes

La plupart des humoristes qui remplissent les salles en Côte d’Ivoire, au delà de nos frontières et en Europe doivent une fière chandelle à la RTI. Bien plus, ces humoristes ont été révélés par la production ”Bonjour”, les cas de , , EnK2K et autres. Alors demander à ces ”purs produits” de ”Bonjour” de s’exprimer sur une telle production, c’est pour eux, se faire hara kiri. Le Magnific ne répondra jamais à notre questionnaire, lui qui était si enthousiaste à l’idée d’une interview. Par ailleurs, pour un début, il souhaitait déja ces voeux en trois mots : Santé, paix et argent…Mais lorsqu’il a vu le questionnaire qui tournait autour de ”bonjour 2019” , il s’est retracté.

Un humoriste lâche : ”Je suis déçu de la RTI”

Ramatoulaye Dj, pris dans la tourmente de sa vidéo sur le président Laurent Gbagbo a trouvé la bonne excuse : ”Je ne voudrais pas en donnant une interview qu’on pense que j’en fais trop”. Et pourtant, là, il ne s’agissait pas de Laurent Gbagbo, mais de ”bonjour 2019”. Pour Willy Dumbo, il a un programme hyper chargé. Lynchée sur les réseaux sociaux, la jeune Prissy la degammeuse bien suivie à travers ses capsules sur la Toile avait l’occasion de s’exprimer. Mais là encore, la douce censure de la RTI l’aura rattrapé. Pour toute excuse : ”Mon manager me demande de ne pas m’exprimer sur le sujet RTI”. Sous manche, un humoriste que nous ne citerons pas, lâchera: ”Je suis déçu de la RTI. Le rendu diffusé n’est pas pareil que lors de l’enregistrement…Je comprends les internautes, mais voir un spectacle de ”Bonjour” en direct et la diffusion télé, ce n’est pas du tout la même chose”.

Aux humoristes : Ne dites pas ce que vous faites, l’on dira ce que vous ne faites pas

C’est une règle très connue en matière de communication. Si vous ne communiquez pas sur ce que vous faites, les gens diront ce que vous ne faites pas. C’est bien dommage de voir tous ces talents humoristiques flingués sur les réseaux sociaux sans que l’un d’eux ne veuille prendre la parole pour se défendre ou donner plus ou moins un début d’explication.

Lire aussi : RAMATOULAYE DJ : FAUT-IL LE BRÛLER SUITE À SA VIDÉO OÙ IL CITE LAURENT…

Abidjanpeople leur en aura donné l’occasion , mais les règles au niveau de la maison bleue sont connues. Il ne faut pas les enfreindre au risque de s’exposer à de graves conséquences qui peuvent aller de simples retraits de l’antenne à des non participations à des émissions de la RTI et bien d’effets collatéraux. On dira, c’est plus ou moins à l’image de la Côte d’Ivoire. Les salopards diraient pour leur part dans les années 90 dans l’une de leurs chansons : ”On voit tout ça, mais on ne peut pas parler…”. Triste constat.

Les conséquences de l’émission bonjour sur les spectacles d’humour

”Bonjour” est le baromètre d’appréciation des humoristes ivoiriens. Une édition de ”Bonjour” ratée, bonjour les conséquences pour l’année en cours, ”bonjour” pour des spectacles d’humour qui ne vont pas attirer du monde. En 2018, les spectacles d’humour ont, pour la plupart affiché complet. Cette année, cela risque de ne pas être le cas, à moins d’un revirement du consommateur dont le comportement fluctuant n’est toujours pas une science exacte. On attend de voir.