Attendue depuis de longues années, la libéralisation de l’espace audiovisuel ivoirien est enfin une réalité. Mais que d’embûches et de dans la phase effective. Bien beau de se targuer d’avoir une chaîne de , chance inouïe pour les populations d’avoir une pluralité d’opinion, d’avoir plusieurs choix. Mais avoir une chaîne de demande tellement de gros moyens que cela n’est pas à la portée du premier investisseur. La caution pour l’agrément se négocie au milliard de FCFA sans compter les charges pour le fonctionnement. L’un des promoteurs de ces chaines de privées confie qu’il faille mobiliser au bas mot sept milliards de FCFA sur sept ans, période certaine de rentabilité sur investissement. A ces réalités financières, s’ajoutent les qui enfreignent le démarrage effectif de la mise sur orbite du en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : RÉSEAUX SOCIAUX : LA WEB COMÉDIENNE YVIDERO ET SES ABONNÉS, C’EST QUOI LE PROBLÈME…

La concurrence déloyale de

Le bouquet Canal + est dans les habitudes en Côte d’Ivoire, cela fait belle lurette. Un réflexe consommateur auquel il faut faire face. Canal + a l’une de ses chaînes qui répond au cahier des charges des chaînes admises sur la TNT qui est A+ Côte d’Ivoire qui émet déjà sur le bouquet Canal + avant le démarrage des autres chaînes de télévision qui elles, sont tenues d’attendre les boîtiers TNT. Lesquels boîtiers ne sont pas encore prêts or le lancement des télévisions privées est annoncé pour les mois de mars et avril 2019. Seul moyen pour ces chaines si elles veulent être visibles par les téléspectateurs ivoiriens, c’est de se greffer sur le satellite de Canal + qui facture cet hébergement à 650 millions de FCFA.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE-GUILLAUME SORO ANNONCE SA DÉMISSION : ”L’HEURE A SONNÉ…JE PRENDS MES RESPONSABILITÉS”

La programmation des publicités

Fabrice Sawegnon, Patron de LIFE TV

En télevision, le prime time se situe entre 18h et 22h. Pour les trois chaines publiques ivoiriennes, RTI1, RTI2 et RTI3 qui bénéficient de redevance, les promoteurs privés demandent comme cela se fait dans bien de pays l’assurance d’avoir les publicités au prime time. Laquelle assurance n’est pas encore effective. Il faut aux chaines de télévision privées payer 700 millions de FCFA par an comme frais d’exploitation à l’état de Côte d’Ivoire pour la société de diffusion. La société qui doit mesurer l’audience des chaînes de l’espace télévisuel exige 100 millions de FCFA. Tant de difficultés dans la volonté d’implémentation médiatique auxquelles sont soumises Life TV de Fabrice Sawegon qui vient d’acquérir Vibe radio Abidjan et Dakar. NCI de Loïc Folloroux, TV7 de Jean Philippe Kaboré, Yves Zogbo et partenaires sont tous sous le coup de ces difficultés. On attend de voir d’ici deux à trois mois ce que nous offrira le paysage médiatique ivoirien malgré toutes ces difficultés.