La de du poste de président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire n’a pas fini de livrer ses secrets. Alors que le chef de l’Etat ivoirien, dit ne l’avoir pas poussé à démissionner, lui, n’avait fait aucun mystère dans son discours disant ceci : ”Y’avait-il une alternative. Non, on ne m’en donnait aucune, absolument aucune”. Ce qui sous tend clairement qu’il aura été poussé à la . Bref, Guillaume Soro le dit aussi en marge de cette :”Depuis mai 2017, je m’apprêtais et je m’attendais à toute éventualité…”. Ce qui veut dire qu’en entre temps, il y aura eu bien de rapprochements au des dissensions entre les deux parties. C’est à ce niveau que , ministre et proche de Guillaume Soro aura joué un rôle capital.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE-DÉMISSION DE GUILLAUME SORO, ENFIN ALASSANE OUATTARA PARLE !

Konaté Sidiki a été pour longtemps intermédiaire entre les deux hommes

La crise de confiance entre Guillaume Soro et Alassane Ouattara qui a fini par la démission du président de l’assemblée Nationale ne date pas d’aujourd’hui. Lorsqu’il y’a crise entre deux personnes qui sont à de tels niveaux de responsabilités, les rapprochements sont tout de suite activés. Cela aura été le cas entre eux. Pendant de longs moments, le ministre Sidki Konaté, ami et proche de Guillaume Soro aura été l’intermédiaire par qui les deux personnalités s’envoyaient des messages.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE-ASSEMBLÉE NATIONALE : CE QUI ATTENDAIT GUILLAUME SORO AU CAS OÙ IL NE…

Pour le dernier épilogue, celui de la démission, une réponse était attendue et Soro laissait entendre qu’il menait la réflexion, et ce, jusqu’à ce que comme il le révèle lui même au mois de janvier il ait eu plusieurs entretiens avec Alassane Ouattara. La démission de Guillaume Soro n’a pas fini de faire parler d’elle. Les jours à venir nous en diront davantage.