L’information a été donnée par des sites belges ce mercredi 27 février 2019. L’autorité en charge des crèches à Woluwe-Saint-Pierre, commune située dans le sud-est de Bruxelles a fait modifier le formulaire d’inscription. Les mentions « mère » et « père », ont été remplacées par « » et « ». Selon des sites d’informations belges, l’objectif de cette modification consiste à mettre tous les parents d’élèves au même niveau: ‘’Toutes les familles doivent se sentir accueillies de la même façon’’. Cette information si elle est applaudie par certains, elle est vite décriée par d’autres. En illustration, la photo du Premier ministre belge.

Lire aussi : MAROC-UN JOURNALISTE ABORDE LE SUJET TRÈS SENSIBLE DE ”L’HOMOSEXUALITÉ” DU ROI MOHAMED VI

”Une mère et un père ne sont pas des numéros”

En effet, d’une part, il y’a ceux qui pensent que cela est le début de la dépravation des mœurs et des valeurs belges. ”Honteux, tout simplement. Une mère et un père ne sont pas des numéros sur le plan familial ! Même si pour les politiques, nous ne sommes que des numéros….”. ”A part les liens de parentés, je ne vois pas comment un enfant puisse avoir plus que deux parents au sens génétique”, explique un internaute. Et, un autre de renchérir : ”Vous n’avez pas compris. Il s’agit de s’adapter à l’idéologie en vogue qui veut que les paires LGBTQ aient le droit de se procurer des enfants. L’ouverture d’esprit, vous voyez ? Il ne faudrait pas que ces gens se sentent discriminés par une terminologie se référant à des modes de conception et de parentalité dépassés. Préparant ainsi tranquillement un monde sans papa ni maman, à la Huxley”.

Lire aussi : PÉDOPHILIE : LE NUMÉRO TROIS DU VATICAN RECONNU COUPABLE POUR AGRESSIONS SEXUELLES SUR DES…

”C’est juste pour donner une chance aux gens…”

D’autre part, il y’a ceux pour qui cette modification est une avancée pour les droits de la communauté LGBTQ : ”C’est pour juste donner une chance aux gens qui n’ont pas les mêmes orientations sexuelles. Nous ne sommes pas tous obligés d’avoir la même sexualité. Le monde avance, avançons avec”. Notons que la loi qui prévoit de remplacer les mentions « père » et « mère » par «parent 1» et «parent 2» dans les formulaires scolaires a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et de vifs débats à l’Assemblée nationale française.

Naho Coulibaly