: ”Tout est lié à mon état d’esprit”

La première fois où je me suis retrouvé dans un même espace avec Serge Beynaud (c’était au Calypso night club à Ouagadougou) , ce qui m’avait frappé tout de suite, c’était sa timidité, cet effacement de soi. Le monsieur normal, rien d’une star, d’une célébrité avec artifices et autres apparats. Nous étions en 2012. Six ans après, il est resté le même avec une valeur ajoutée, le respect. Pas un mot de plus, pas un mot de moins. Dans les rapports professionnels, il évitera de frustrer. Il va ignorer à souhait une question dérangeante sans plus. Comme pour cet entretien, lorsque je lui demande sa réaction à la suite des attaques de Claire Bahi et Kedjevara qui ne lui étaient pas reconnus comme ennemis, il esquivera tout simplement. C’est tout cela qui fait l’artiste. Il a un avenant à communiquer, une promptitude à répondre aux sollicitations. Ses secrets, il n’en livrera pas bien plus. Juste de l’organisation. Dix ans après avoir démarré sa carrière, Serge Beynaud aura apporté au coupé décalé ce qui manquait aux acteurs de cette musique. 13 ans après le groupe Magic System, Serge Beynaud allait à l’assaut de l’Elysée Montmartre à Paris. Un succès éclatant, près de 2000 personnes pour l’applaudir. Il restera ensuite un mois et demi en Europe où il donnera plus d’une dizaine de spectacles. Rentré à Abidjan il ya à peine quatre jours, il a accepté de faire le point avec abidjanpeople. Entretien…

Après deux mois passés en France, tu es rentré à Abidjan incognito. Pourquoi un tel choix ?

La discrétion fait partie de mon mode de vie. Je me sens à l’aise ainsi.

S’il ya un bilan à faire après l’Elysée Montmartre et des concerts que tu as eu à donner, ce serait lequel ?

Je dirais que le bilan est largement positif. Apres l’Elysée Montmartre à Paris le 20 octobre, j’ai fait 13 show case. A chacun de ces spectacles, le public a répondu présent. Il y avait une certaine interaction à chacune de mes prestations. Voir un public diversifié reprendre mon répertoire, ça fait plaisir. Et à la fin, il fallait se soumettre aux séances photos avec les fans, chacun voulant garder un souvenir. ça été de très beaux moments. Tout s’est bien passé

Visiblement, tout te réussit. Outre le travail, c’est quoi quelques secrets qui font le succès de Beynaud ?

Il ny a pas bien plus de secrets que ça. Je pense que tout est lié à mon état d’esprit. Je fais les choses de façon dévouée avec confiance. A côté de cela, il ya  l’auto discipline. Pour pouvoir gérer une entreprise, il faut être avant tout structuré soit même et le reste suivra.

Au départ, tu chantais beaucoup de noms dans tes chansons. C’était quoi le but recherché ? Et pourquoi as-tu arrêté cela ?

Je suivais juste la tendance. A un moment donné, c’était ce qui marchait: les “morceaux spots”. C’est aussi ça un artiste, savoir s’actualiser, c’est important. Aujourd’hui, la tendance a changé, donc je m’adapte.

Lire aussi : Coupé décalé : Pourquoi Molaré ne peut boycotter le concert de DJ Arafat ?

A travers Carton rouge, ton dernier single, tu t’adresses à tes détracteurs. Mais à qui exactement ?

La chanson ne s’adresse pas à une personne en particulier, mais à tous mes détracteurs dans leur ensemble. Aux personnes qui se retrouvent dans ce que je fais, je leur donne de la force à travers cette chanson.

Tu as dit ne plus vouloir répondre aux attaques, penses-tu que les artistes coupé décalé peuvent-ils vivre aujourd’hui sans les clashs ?

Bien sûr ! Et j’en fais partie. Je ne vis pas grâce aux clashs. Il ya aussi des artistes comme kerozen, safarel et autres qui s’en sortent sans cela. Le travail tant qu’il est bon, il parle à ta place.

Lire aussi : Virgin Hair, les nouvelles mèches humaines tendances

Après la célébration de tes , la suite, ce sera quoi ?

On est toujours dans la continuité de la célébration des 10ans. On prépare un gros concert à Abidjan et on desservira l’Afrique francophone durant l’année 2019. Merci à tous ceux qui me font confiance et qui m’encouragent dans ce que je fais. Je ferai tout pour ne pas les décevoir.