Glissement de terrain à Anyama : plusieurs habitations ensevelies, la voie ferrée coupée, une dizaine de corps repêchés

0
1072

Un vrai désastre ! Un trou béant, des maisons englouties, le chemin de fer coupé comme un ruban, tel est le champ de désolation que présente le sous quartier Avocatier derrière rail, dans la commune d’Anyama. Un glissement de est passé par là, tôt ce jeudi 18 juin .

La pluie diluvienne qui s’est abattue sur le District d’Abidjan dans la nuit du mercredi à jeudi, a entraîné « la mort d’une dizaine de personnes dans le quartier précaire d’Anyama derrière rails, rapporte l’Agence de presse régionale (APR)

A l’origine de ce drame survenu vers 4h du matin, un gigantesque glissement de terrain qui a littéralement enseveli les habitations de ce quartier situé au contre-bas d’une colline sur laquelle passe la voie ferrée reliant la ville d’Azaguié à la commune d’Anyama.

En début d’après-midi, on dénombrait déjà 13 morts, selon Cissé Khalifa, directeur de communication de la Mairie d’Anyama.

Ce drame n’est pas le premier du genre enregistré pendant la saison des pluies dans les quartiers précaires à Abidjan… Les années précédentes à cette même période, les éboulements ont occasionné des morts et causé de nombreux dégâts.

Pour pallier les catastrophes naturelles, le gouvernement ivoirien a mis en place un plan d’urgence d’organisation des secours (plan Orsec). Dans une réalisée en 2011, Kili Fagnidi Fiacre Adam, contrôleur général de et directeur de l’Office national de la protection civile (Onpc), a défini clairement le rôle assigné à ce programme. “Le plan Orsec est la réponse de l’organisation civile des catastrophes”, avait-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici