Avec le retour d’Akissi Delta et de toute l’équipe de ”Ma famille” à l’écran, on note une absence de taille, celle d’. Avec des problèmes aux yeux qu’elle traîne depuis un long moment, elle n’est pas restée inactive pour autant. La preuve, porteuse d’un , elle donne de ses nouvelles à travers les colonnes d’Abidjanpeople.

Lire aussi : Abidjan-Célébration 25 ans de carrière: Dix raisons pour aller voir Soum Bill en concert…

Vous annoncez un festival. De quoi s’agit-il ?

Il s’agit du festival international parole de conteur qui a engendré le projet ”Ma paix dépend de ma nation”. C’est le but du festival en question. La  paix enseigne l’entente amicale de tous les individus qui composent une société. Elle n’implique pas l’absence de conflit, mais une résolution systématiquement calme et mesurée de toute difficulté conséquente à la vie en communauté, principalement par le dialogue. Il y’a une tension et une certaine instabilité en Côte d’Ivoire. Le gouvernement a déclaré le 15 novembre «Journée de la Paix» dans le but de faire face aux tensions existantes, et ce, afin que nous puissions nous réunir dans un cadre d’unité nationale et de patriotisme. Hélas. Les choses se sont empirées par la suite et des décennies de troubles ont suivi. Je veux jouer le rôle d’une femme sage, intellectuelle et intelligente. C’est en cela que j’ai monté le projet « Ma Paix dépend de Ma Nation »  qui concourt à la promotion de la paix qui est mon cheval de bataille.

Quel sera le programme du festival ?

Le programme de ce projet est planifié sur six phases d’activités indépendantes, mais complémentaires. Il s’agit en amont de concours d’écriture de et pièce théâtrale et de diffusion suivis d’une caravane de sensibilisation en aval, composés de comédiens, conteurs, chanteurs, danseurs et des peintres à travers tout le pays. Entre autres activités, on peut noter un concours d’écriture, un collectage conte et de pièce théâtrale, une création des différents spectacles par les troupes et compagnies de théâtre, un enregistrement des différentes pièces de théâtre et conte, une mise à disposition des supports audio et vidéo.

”Mon souhait est que chacun se sente concerné par ce projet”

Avez-vous les moyens pour donner vie à votre projet ?

Je dirai oui et non. Oui parce que j’ai les moyens humains, physiques, les moyens techniques, et j’ai des espaces de diffusions grâce à la RTI. Non, parce que financièrement je ne suis pas prête. Le coût global de mon projet est énorme. J’ai besoin de 73 Millions de FCFA pour la réalisation de cette édition.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Série télé : Ma grande famille, Akissi Delta en colère !

Comment arrivez-vous à subvenir à vos besoins ?

Dieu fait grâce, même si j’avoue que c’est très difficile.

Pensez-vous avoir la force physique pour aller au terme du projet ?

Je prends la vie du bon côté. C’est ce qui fait ma force et grâce à Dieu, j’irai jusqu’au bout de ce projet si tous les ivoiriens acceptent de m’accompagner. Car la paix, c’est l’affaire de tous. Sans paix, nous ne sommes rien.

Comment comptez-vous vous organiser pour faire face aux charges ?

J’attends la contribution financière de toute la nation du plus haut sommet jusqu’au plus petit. Seul, ce geste venant du plus profond du coeur de chacun d’entre nous sauvera la Côte d’Ivoire, notre belle patrie. Mon souhait est que chacun se sente concerné par ce projet.

Entretien mené par Aimé Dinguy’s