”J’attends un public à majorité africain”

se produit le samedi à l’. Auréolé du prix de Primud d’or 2018, et en marge de ses 10 ans de carrière, il va à l’assaut du public hexagonal. Actuellement à Paris pour ce rendez-vous qui marque un tournant dans sa carrière musicale, le chef de file de la Benomania s’est confié en exclusivité à abidjanpeople. Attend-t-il un public à majorité ivoirien, africain ou européen, sa réponse sans équivoque dénote de la dimension continentale qu’il a su impulser à son parcours en dix ans de présence dans la sphère coupé decalé.

Sous quel signe places-tu ton concert du 20 octobre à l’Elysée Montmartre ? 

Je place ce concert sous le signe de l’unité entre les enfants d’Afrique. C’est l’occasion de nous retrouver et fraterniser autour des valeurs cardinales qui identifient tout africain. Nous allons célébrer la cohésion, la fraternité, la solidarité. Fils d’Afrique, retrouvons-nous ce 20 octobre à l’Elysée Montmartre.

Sais-tu que le dernier groupe ivoirien à avoir joué à l’Elysée Montmartre, ce fut le groupe Magic System ( le 5 novembre 2005)  ? Quand on doit marcher dans les pas d’un tel ensemble musical, qu’est-ce que cela représente en terme de symbole ?

C’est tout un honneur pour moi surtout quand on sait ce que représente le groupe Magic System pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique sur le plan musical. Je suis fier de suivre leur chemin tout en espérant que ce passage à l’Elysée Montmartre aura un impact sur ma carrière comme ce fut le cas pour eux.

Lire aussi : YVIDERO KRITIKOS : ON S’FAIT LA BISE

T’attends-tu à un public à majorité ivoirien, africain ou européen ?

Cela me ferait plaisir d’avoir un public mixte, mais à majorité Africain. C’est l’occasion pour moi d’inviter les ressortissants des pays Africains qui sont en France. J’ai donné des spectacles dans plusieurs pays africains. Mes frères qui n’ont pu me voir au Burkina Faso, au Mali, à Madagascar, au Cameroun ont là l’opportunité de venir célébrer mes 10 ans de carrière ce samedi 20 octobre à l’Elysée Montmartre.

L’Elysée Montmartre, c’est près de 1500 places, n’as-tu pas peur d’échouer ?

La peur n’existe pas dans mon langage. L’échec par contre me motive. J’en ai connus à plusieurs reprises avant de me lancer à la conquête de cette salle. Les échecs passés m’ont permis de connaitre mes points faibles. Cela m’a servi de leçons et m’a amené à travailler d’arrache-pied afin de relever le défi d’aller à l’assaut de l’Elysée Montmartre.

Bien évidemment, tu vas te produire en live, combien de titres vas-tu servir ?

Nous allons fêter mes dix ans de carrière. C’est dire que tous mes titres à succès vont être passés en revue. Il y aura beaucoup d’émotions ce jour-là. Les choses sont allées si vite. Il ya eu tellement de belles mélodies partagées. Venez et que nous puissions danser ensemble au rythme de toutes mes chansons qui ont fait vibrer.

A 18 jours d’un tel rendez-vous, on a forcement des appréhensions. Quelles sont celles que tu as en ce moment ?

Je suis plutôt confiant. Je sens aussi un réel engouement autour de cet événement. La mobilisation se ressent.

As-tu invité certains artistes coupé décalé, des artistes africains avec qui tu as fait des featurings ?

Bien sûr… plusieurs artistes ont été invités. J’attends juste les confirmations avant d’annoncer officiellement leur présence.

Lire aussi : SMARTY, BIENVENUE

Le promoteur de ce spectacle a dû débourser combien pour ce live de Beynaud à l’Elysée Montmartre ?

Non, il n’y a pas eu de cachet à proprement dit. Nous sommes dans une logique de retour sur investissement parce que je produis moi même mes spectacles depuis un bon moment. Pour l’Elysée Montmartre, je suis en co-production avec Bertrand de Torpedo production.

Lire aussi : LINE JABER RTI C’MIDI, ELLE SORT DE SON SILENCE

Une attraction spéciale, un mot particulier…au delà de la prestation que tu vas donner…qui pourrait amener tes fans à se déplacer

J’aimerais juste inviter tous mes fans à se procurer les tickets et effectuer massivement le déplacement. Plein de surprises les attendent le samedi 20 octobre à l’Elysée Montmartre à Paris. C’est un événement à vivre.