Le – Affi a mis en relief son désaccord d’avec le et EDS sur la base d’une liste commune pour les .

Le communiqué explique que, malheureusement, au lieu d’une liste commune de l’opposition qui mutualise les compétences diverses, le , à travers la plateforme CDRP dont il est le référent, et EDS ont fait le choix d’une collaboration entre leurs deux organisations politiques, excluant ainsi le principe d’une démarche consensuelle.

Pascal Affi N’Guessan s’est résolu à rencontrer pour lui faire part de sa préoccupation de voir aboutir le processus d’élaboration d’une liste de l’ensemble des plateformes de l’opposition. Le principe d’une réunion ayant été acquis, un comité électoral regroupant les représentants des partis de la plateforme, à l’exception des partis ayant décidé de ne pas participer aux élections , a été mis sur pied et une séance de validation a été convoquée le samedi 16 janvier à 9H au siège du PDCI.

LIRE AUSSI : ABOBO BAOULÉ : COCU, IL TENTE DE TUER SA COPINE, LES FAITS

Selon le document, le PDCI arguant de l’absence de EDS à la séance de validation des candidatures, a demandé de sursoir aux travaux qui avaient commencé et proposé le report pour le lendemain, au motif que ni le PDCI ni EDS n’étaient prêts. Requête à laquelle ont accédé les autres partis, membres des autres plateformes de l’opposition. Le lendemain, 17 janvier, le même stratagème a été reconduit cette fois ci, en présence de EDS pour faire le constat d’une autre tentative infructueuse.

A à 48 heures du dépôt des dossiers de candidatures, le camp Affi qui affirme qu’il ne saurait se laisser abuser par des manœuvres dilatoires a pris acte de la volonté du PDCI et de sa plateforme dénommée CDRP ainsi que de celle de EDS de ne pas coopérer avec l’ensemble de la coalition des plateformes et partis politiques de l’opposition, stipule le communiqué.

LIRE AUSSI : CHARLOTTE DIPANDA ET SINGUILA EN COUPLE ? : VOICI CE QU’ELLE LUI REPROCHE

Le FPI informe par la même occasion l’ensemble de ses concitoyens qu’une liste issue d’échanges entre deux plateformes au mépris des autres plateformes qui n’y ont pas été associées ne saurait être opposable aux autres partis et encore moins incarner les aspirations de toute l’opposition, sauf à vouloir tronquer la réalité et consacrer une démarche hégémonique préjudiciable à l’autonomie des partis représentés dans les plateformes.

Le FPI continue d’échanger avec les autres partis membres de la plateforme qui partagent le même objectif pour aboutir à des accords, conclut le document.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici