Emergence : Tidjane Thiam répond à Ouattara et Macky Sall

0
189

Comment trouver l’argent de l’émergence africaine ? le débat est ouvert entre , Alassane Ouattara et le président .

À la différence de Macky Sall, Tidjane Thiam et Abebe Aemro Sélassié ne croient pas que les milliards nécessaires dépendent seulement de la bonne volonté internationale.

Ancien patron de Prudential et de , aujourd’hui créateur d’un fonds d’investissement, Tidjane Thiam insiste sur la nécessité d’un volontarisme africain. Séduire les capitaux étrangers sans lesquels l’Afrique restera à l’écart des chaînes de création de valeur suppose qu’elle se mobilise pour ses entreprises.

LIRE AUSSI : Campagne électorale des législatives 2021 : Alain Lobognon remercie Bédié pour le soutien

« Avant de miser sur un , les investisseurs regardent sa croissance, mais aussi son tissu d’entreprises, analyse-t-il. S’ils n’y voient pas de PME dynamiques, ils ne viennent pas. Comme Pékin dans les années 80, nos gouvernements doivent soutenir la naissance de champions domestiques qui donneront confiance aux investisseurs internationaux ».

LIRE AUSSI : Législatives 2021: vives tensions à Anono ce 23 février, les raisons

Qu’on ne vienne pas lui dire que le secteur informel est un frein au développement. « Quand Bill Gates a fondé Microsoft dans un garage, c’était de l’informel ! » Qu’on ne vienne pas lui dire non plus qu’il faut consentir plus de prêts aux PME. « C’est de capitaux, et pas de prêts, dont elles ont besoin », assène-t-il avant de se dire tout de même optimiste, car « beaucoup d’argent circule dans le monde ». Il est possible de l’attirer avec un environnement « propice »… LIRE LA SUITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici