La demande de dialogue du président et est jugée de suspecte par l’ et la plateforme Arc-En-Ciel.

L’UDPCI ET LA PLATEFORME ARC EN CIEL TROUVENT SELECTIVE ET SUSPECTE LA DEMANDE DE DIALOGUE DE M. OUATTARA

M. Alassane OUATTARA a fait une longue adresse télévisée ce mardi 9 Novembre 2020, jour où le Conseil Constitutionnel manifestement aux ordres de l’exécutif, a validé les résultats de la parodie d’élection du 31 Octobre 2020.

Contre toute attente, M. OUATTARA qui jusque-là est resté imperméable aux appels incessants de l’opposition pour un dialogue inclusif avant ladite élection, a appelé à un dialogue ‘‘franc et sincère’’ avec le Président Henri Konan BEDIE, Président du Conseil National de Transition (CNT).


Une main tendue (si ç’en est vraiment une) qui cache mal une manœuvre et un schéma machiavélique hautement programmés avant le scrutin présidentiel ; réussir un passage en force malgré l’inconstitutionnalité de sa candidature et ensuite ouvrir un simulacre de dialogue politique pour mieux étouffer et diviser l’opposition, voire l’éteindre à jamais.

Sinon, pourquoi rester insensible aux multiples appels au dialogue aux fins de créer un consensus préalable autour de l’élection ? Pourquoi attendre qu’un décompte macabre soit enclenché avec ces nombreux décès et destructions pour proposer un dialogue qui plus est, reste sélectif ? Avec qui discuter quand les principaux animateurs du CNT sont assignés à résidence, emprisonnés ou mêmes poursuivis ?

LIRE AUSSI : Le domicile de Mabri Toikeusse toujours encerclé par la police


Autant de questions qui fondent le scepticisme de la Direction de l’UDPCI et de la Plateforme Arc en Ciel quant à la sincérité de M. OUATTARA dans son offre de dialogue.

Comment désigner un adversaire avec qui dialoguer alors même que plusieurs forces politiques réunies au sein du CNT sont engagées dans la lutte contre ce 3ème mandat anticonstitutionnel et interdit ?


Il est clair pour l’UDPCI et la Plateforme Arc en Ciel que M. OUATTARA demeure fidèle à sa stratégie favorite : diviser pour régner. Et dans le cas précis, isoler le Président AIME HENRI KONAN BEDIE


En conséquence, l’UDPCI et la plateforme Arc-En-Ciel, avec à leur tête, le Docteur MABRI TOIKEUSSE ALBERT Abdallah, en appelle à la vigilance de toute l’opposition et réitère les conditions minimales préalables à un dialogue franc et constructif:

LIRE AUSSI : Johnny patcheko serait-il aux portes de la prison ?


– L’annulation du simulacre d’élection du 31 octobre 2020 ;
– L’Arrêt immédiat du harcèlement judiciaire des leaders de l’opposition ;
– L’arrêt des arrestations arbitraires et en dehors de toute procédure légale des cadres de l’opposition ;
– La levée immédiate et sans condition du blocus des résidences de tous les leaders de l’opposition ;
– La libération de tous les prisonniers politiques et le retour sécurisé de tous les exilés ;
– L’ouverture d’une enquête internationale sur les nombreuses tueries et violations de droits de l’homme en Côte D’Ivoire, avant, pendant et après ce simulacre d’élection du 31 octobre 2020.

Fait á Abidjan, le
Pour la Direction de l’UDPCI
Et de la Plateforme Arc en Ciel

Pour son Président
Le Secrétaire Général de l’UDPCI
BLE GUIRAO JEAN DEBADEA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici