Voilà six semaines que l’école ivoirienne est paralysée. Du primaire, au collège tout comme aux secondaires, les élèves attendent les et professeurs. Lesquels attendent à leur tour le gouvernement et surtout leur ministère de tutelle. Entre , la ministre de l’éducation nationale et les syndicats d’enseignants, c’est à un dialogue de sourds qu’on assiste. Pire, les enseignants qui revendiquent de meilleures conditions de travail portant sur les primes de logement et revalorisations salariales sont jetés en prison, les salaires de fin de mois bloqués tandis que l’on annonce le blocage de comptes bancaires de certains enseignants.

Lire aussi : ABIDJAN-DÉMOLITION DU TEXAS GRILLZ : ENTRE ÉLAN DE SOLIDARITÉ ET RÉCUPÉRATION POLITIQUE

Kandia Camara : ”Des efforts ont été consentis”

Les différentes tables de discussions autour desquelles se sont retrouvées Kandia Camara et les enseignants ont toutes accouché d’une souris. Les différentes parties n’arrivant pas à s’entendre, les menaces sont brandies. Le gouvernement ne lève aucunement le petit doigt. Le conseil des ministres ne fait cas de la paralysie de l’école ivoirienne. Pendant ce temps, Kandia Camara, ministre de l’éducation nationale rassure que des efforts conséquents ont été consentis depuis 2011 jusqu’à ce jour portant sur près de 130 mille Fcfa d’augmentations de salaires dont auraient bénéficié les enseignants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici