survole le débat

Si nous étions à une élection, l’on dirait, and the winner is ( et le vainqueur est), et bien entendu, on aurait dit, Fadal Dey, tel l’artiste reggae selon les téléspectateurs de la RTI 1 aura survolé les débats hier sur la télévision nationale. Débat pour lequel il avait en face , Directrice Générale du BURIDA ( le bureau des droits d’auteurs des artistes ivoiriens) , un représentant du ministère de la culture et l’artiste Nahounou Paulin, qui du reste aura été désigné comme celui qui aura amusé la galerie. Que retenir in fine. Notre analyse.

Débat sur la crise au Burida, qui aura dominé qui ? À cette interrogation, les commentaires vont bon train. Mais il faut déjà saluer la ténacité de Fadal Dey, seul contre trois adversaires. À savoir Irène Viera, la Directrice Générale du Burida, Fousseini Dembelé,  Directeur de cabinet du ministre de la culture et enfin Nahounou Paulin, représentant d’une frange d’artistes acquis à la cause de la directrice générale.

Lire aussi : BEYNAUD-VITALE, ARAFAT-CLAIRE BAHI… PORTRAIT CROISÉ DE DEUX COUPLES COUPÉ DÉCALÉ

Avec du recul, on peut se permettre de pousser la réflexion. Pourquoi un tel déséquilibre dans la désignation des invités sur le plateau ? Lanciné Fofana, le modérateur de ce débat télévisé a manqué d’arguments pour justifier un tel état de fait. Partant , on pourrait croire que tout était mis en place pour descendre Fadal Dey. Mais c’était mal connaître le porte parole des artistes contestataires. Seul contre tous, il a réussi par moment à perturber la sérénité d’Irène Viera. Qui, elle, durant tout le débat aura évité des questions épineuses.

Un audit en vue

À savoir la gestion des 120.000.000 de francs CFA alloués pour un dîner gala dont les dividendes devraient revenir aux sociétaires du Burida. Opération, qui en définitive se sera soldée par un fiasco. Bref, il ya eu de la tergiversation dans le camp Irène Viera au point où Nahounou Paulin a fait des sorties hasardeuses. Faisant hors sujet sur toute la ligne. Que dire du représentant du ministre Bandama ? En réalité, avec sa posture, il aurait pu jouer la carte de la neutralité dans un débat où les enjeux sont assez significatifs.

Lire aussi : MAGIC DIEZEL GAGNOA

À l’issue de ce face à face qui aura été beaucoup commenté sur les réseaux sociaux, que doit-on retenir? Pour Fadal Dey, le départ d’Irène Viera du Burida apportera une bouffée d’oxygène et plus de sérénité dans la maison des artistes. Pour les trois autres invités, il n’est pas question de congédier l’actuelle Directrice Générale. L’inspection d’État a-t-on appris serait en train de commanditer un audit. Attendons de voir.

Marie Eryn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici