La localité d’Attobrou dans le département d’Agboville, a été le théâtre de violents affrontement entre Abbey et Malinké dans la soirée du mercredi au jeudi 5 novembre 2020. Bilan: au moins 6 personnes tuées dont 2 jeunes Abbey; plusieurs blessés de part et d’autre et une vingtaine d’habitations incendiée, indique un témoin sur place.

Selon des sources concordantes, une rixe entre deux individus (un abbey et un Dioula) a dégénéré en un conflit ouvert entre autochtones abbey et allogènes malinké. Des individus armés ont fait irruption dans le quartier Dioulabougou d’Attobrou, menaçant d’ouvrir le feu.

LIRE AUSSI: Des observateurs renforcent leurs capacités à Agboville

L’intervention tardive des forces de sécurité, faute des barricades obstruant tous les accès à la localité, n’a permis que l’arrestation de plusieurs individus. Ce qui a permis de ramener, néanmoins le calme, cet après-midi, dans la localité.

Situé à un peu plus d’une vingtaine de kilomètres d’Agboville, la commune d’Attobrou a connu de nombreux troubles liés au processus électoral notamment avec le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par les dirigeants de la plateforme de l’opposition ivoirienne.

Le blocage politique persiste en Côte d’Ivoire, où le bilan des violences post-électorales s’est aggravé mercredi 4 novembre avec la mort de deux personnes à Toumodi près de la capitale , malgré les appels au calme lancés par la communauté internationale.

LIRE AUSSI: Présence de « microbes » à Bettié : le maire fait des précisions

Deux jeunes de l’entourage du ministre de l’Équipement Amedé Koffi Kouakou ont été tués lors d’échauffourées près de sa résidence secondaire à Toumodi (centre) déjà secoué depuis le vote samedi par des incidents meurtriers, a affirmé Mamadou Touré, porte-parole du parti au pouvoir.

Les principaux dirigeants de l’opposition, qui ne reconnaissent pas la réélection du président  pour un troisième mandat controversé et ont créé un “Conseil national de transition”, restaient bloqués chez eux par les autorités.

Le pays attend la validation ou non par le Conseil constitutionnel de la réélection d’Alassane Ouattara, dont l’opposition estime la candidature inconstitutionnelle, avec un score écrasant (94,2 %). 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici