Quand le zouglouman réclame la libération de

C’est du zouglou comme on aime. Cru, pur, des paroles fortes teintées d’humour. Un single rythmé avec la percussion typique au zouglou originel. Une oeuvre qui fera date et restera dans les mémoires collectives. C’est ce que sert ce jeudi 13 Décembre . Un vieux de la vieille, il ya longtemps qu’il est dans l’arène zougloutique. Adoubé de bien de  titres à succès comme ”Money”, avec ””, il monte d’un cran. L’intitulé du maxi single, c’est ”Ya pas 1 sans 2”, traduction, après la libération de Simone Ehivet Gbagbo, il devrait avoir l’acte 2. On devrait ainsi alors assister selon ce message musical, à celle de son époux. En substance, c’est l’actualité politique ivoirienne qu’il peint sous plusieurs facettes dans cette chanson . La gestion du président Alassane qui vaut à la Côte d’Ivoire de nombreuses infrastructures est saluée…Mais…ce ”mais”, un ”mais” qui traduit la symphonie inachevée sur le terrain de la réconciliation nationale avec la libération de Laurent Gbagbo tant prônée par ses partisans. Il cite dans ce titre d’autres leaders politiques tels Charles Blé Goudé, Guillaume Soro, des artistes engagés comme Gadji Céli, Serges Kassy…C’est rythmé, c’est pur. C’est du zouglou. Le message est d’actualité.