Quand publie l’album ”” en 2008, c’est un artiste profondément meurtri qui sort de plusieurs années d’adversité et d’incompréhension. ”Haidara”, l’un des titres sur cette oeuvre sera son exutoire. Il exprime son amertume et n’arrive pas à s’expliquer en chanson bien entendu les épreuves auxquelles il fait face. Pour l’un de ses proches, ””, à cause de sa profondeur spirituelle reste l’album référentiel de . Dans cette marche du soldat fatigué, l’artiste avait bénéficié en terme de production d’un trio, , Ali Camaho et Kader Djiré, qui, hélas au bout du compte n’ont pu accorder leurs violons. Si hier samedi 2 mars, a pu réunir la Côte d’Ivoire dans toute sa diversité, pour une célébration de 25 ans de carrière, il y’aura eu beaucoup d’oubliés aussi. Normal, une marche existentielle n’est pas un fleuve tranquille. C’est comme le trajet d’un train. A chaque arrêt, il y’a des descentes. C’est l’image de ces visages rencontrés ça et là dans les aérogares…malgré ceux-ci, il faut bien continuer la marche. Qu’à cela n’advienne, un regard dans le rétroviseur s’impose, et cela nous a permis de recenser quelques oubliés. Pendant ces 25 ans de carrière, beaucoup de personnes auront été là avec surtout dans les moments de braise.

Lire aussi : Zouglou-Magic System et Soum Bill : cette guerre d’ego qui n’a fait que trop…

Touré Sound, parti trop tôt

Si les salopards ont pu éclore sur la scène musicale ivoirienne, c’est bien grâce à ce nom, Touré Sound. C’est lui qui aura épousé ce zouglou fait de textes dénonciateurs et aura donné sa chance au quatuor Salopards. Lorsque la séparation intervient, il continue avec Soum Bill en solo. Décédé lors de la crise ivoirienne en 2011, Touré Sound n’aura pas été des 25 ans de célébration de l’artiste qu’il aura véritablement aimé.

Henri Kattié, le père de ”Terre des hommes”

Patron de Ivoir Top Music, dans les années 2000, Henri Kattié a dirigé l’un des fleurons de l’industrie musicale en Côte d’Ivoire avec des artistes comme Dj Jacob, Caloudji…qui vendaient tous des centaines d’albums. Henri Kattié avait et surtout Soum Bill dont il a produit l’album ”Terre des hommes” avec des titres majeurs ”l’un pour l’autre”, ”Aimer son prochain” ”Sêguê”…Après la sortie de ”Que la lumière soit” en 2008, les rapports entre Soum Bill et Henri Kattié ont commencé à se détériorer. Il n’a pas été de la célébration des 25 ans.

Lire aussi : ABIDJAN-CÉLÉBRATION 25 ANS DE CARRIÈRE: DIX RAISONS POUR ALLER VOIR SOUM BILL EN CONCERT…

Les managers Youl Sea, Vladmir de Cologne, Djaguen Abouet…et Kily Abrazas

Kily Abrazas, manager des premières heures de Soum Bill
John Pripri, fidèle parmi les fidèles. Il a fait le déplacement de Paris pour être au concert des 25 ans de Soum Bill

Baptisé le gardien du temple, la carrière de manager du natif du worodougou, Kily Abrazas se résume à l’artiste Soum Bill. Malgré vents et marrées, il est resté au poste. Hier, il était là. Et Soum Bill lui a rendu les honneurs. Mais à part lui, il y’a eu des oubliés de taille au nombre des personnes ayant managé Soum Bill. On pourra citer Youl Sea, manager au temps des Salopards. Vladmir de Cologne, un nom, une personne qui avait une vision claire et parfaite pour Soum Bill. Et enfin Djaguen Abouet, en ce moment malade. Il a été là pendant les moments de braise et savait calmer les ardeurs de l’artiste.

La ,

Bien plus qu’un fan club, ”la Génération Soum Bill” avec son président Coulibaly Pepinin a été de tous les combats. Des bénévoles pour la plupart, aujourd’hui des jeunes cadres dynamiques, ces hommes et femmes s’étaient entièrement dévoués à Soum Bill, menant des réflexions sur la gestion de sa carrière. Lors des 25 ans de célébration de Soum Bill, même si des membres de la génération Soum Bill étaient au concert, cela l’a été qu’à titre individuel, l’esprit de groupe n’aura pas prévalu d’autant plus que ”Génération Soum Bill” fait partie des oubliés lors de ces festivités. ”Voix d’or”, un autre fan club de Soum Bill, lui a voulu s’illustrer de manière assez cavalière, une incompréhension qui a vite été étouffée. Aladji Adewalé, mécène parmi tant d’autres, opérateur économique, il aura tant apporté à l’artiste qu’il a beaucoup aimé.

Comme dans toute lutte, tout combat, toute marche existentielle, il y’a ceux qui commencent et ceux qui prennent le train en marche, le cas de certaines personnes arrivées à point nommé qui, hier, étaient en première ligne lors de la célébration des 25 ans de Soum Bill avec cette belle image offerte par l’artiste, réunissant sur une même scène les leaders de différents partis politiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici