“Simone Gbagbo, une femme politique incontournable, Ouattara lui-même l’a compris”

0
306

Pour Mamadou Traoré, FPI 2000-2011, Simone reste incontournable dans vie politique en Côte d’Ivoire et au FPI.

Simone Éhivet est incontournable au FPI et dans la lutte pour la libération de la Côte d’Ivoire.
Elle n’a pas ce mérite parce qu’elle est l’épouse de Laurent Gbagbo, notre charismatique leader mais par son leadership (capacité à diriger) reposant sur les démocratiques, sa capacité à défendre le peuple en tout temps, ses compétences politiques personnelles et ses qualités maternelles.

Tout combat contre cette icône féminine de la défense des droits humains en Côte d’Ivoire depuis des décennies est voué à l’échec. Il faut qu’on le comprenne une fois pour toutes pour pouvoir aller à l’essentiel à savoir la libération de la Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI : Massacre de Duékoué : Amade Ourémi, le procès du chef rebelle démarre ce 24 mars 2021

Si M lui-même l’a compris après l’avoir incarcérée durant 7 longues années sans la briser, il est étonnant que des gens, hommes et femmes, se disant politiciens ne l’aient pas encore compris.

En s’abstenant d’aller personnellement aux législatives tronquées du régime RDR-RHDP elle n’a fait que rester en harmonie avec le peuple ivoirien qui refuse de reconnaître le 3ème mandat illégal de M Alassane Dramane Ouattara qui a fait inutilement 86 morts dans la population en octobre-novembre 2020 dont une décapitation à Daoukro.

LIRE AUSSI : Hamed Bakayoko et la drogue : les révélations exclusives d’un cadre du RHDP

Tout leader politique conscient devrait pouvoir respecter la douleur du peuple dans lequel il vit. Quand un leader perd la sympathie du peuple, il n’est plus apte à le diriger. Les ambitions politiques légitimées ou non ne devraient pas enjamber les morts de manière désinvolte pour espérer se faire prendre au sérieux par le peuple.

En tout état de cause, les élus de son parti sont sous sa responsabilité en tant que deuxième vice-présidente du parti. Pas de quoi donc fouetter un chat si elle décidait de les recevoir.
La dictature ancrée à Abidjan est notre seule adversaire politique. Ne nous trompons pas de combat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici