Le préfet du département de Séguéla, Diarrassouba Karim, a appelé, à la cessation des parades de moto appelées ‘’motos de la joie’’ .

« Les jeudis, ils paralysent toute la ville, ils entravent les libertés publiques. Il faut que cela cesse », a souhaité M. Diarrassouba qui sollicite l’implication des guides religieux musulmans pour mettre un terme à ce phénomène qui, selon lui, n’est pas une ‘’condition de validité du mariage’’.

De graves accidents de la voie publique sont enregistrés du fait de ce phénomène au cours duquel les motocyclistes roulent à vive allure, sans aucun respect des règles élémentaires du code de la route.

LIRE AUSSI :ARGENTINE : L’IMAGE DE DIEGO MARADONA SUR LES BILLETS DE BANQUE…

« Après la sensibilisation, on va prendre un acte réglementaire pour interdire cela » a ajouté Diarrassouba Karim qui s’est insurgé contre les défiances à l’égard des autorités administratives et sécuritaires par les personnes qui cautionnent ce phénomène.

Selon des sources hospitalières, des blessés parfois graves sont enregistrés chaque semaine du fait des parades des ‘’motos de la joie’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici