M’Batto épicentre de violents affrontements intercommunautaires, un homme brûlé ce mardi

0
624

Ce mardi 10 2020, la ville de M’Batto est toujours le théâtre d’affrontement intercommunautaires entre les autochtones Agni et les allogènes.

LIRE AUSSI: La marche de l’opposition continue à M’Batto

Au moins une personne a été brûlée vif, ont constaté plusieurs témoins joint au téléphone. “On ne compte même plus les morts”, fait savoir E.T Kouao.

Les affrontements entre jeunes favorables à l’opposition et partisans du pouvoir se poursuivent dans cette ville du centre-est de la Côte d’Ivoire dans la région du Moronou.

A Daoukro (centre-est), fief de l’ancien président et principal opposant Henri Konan Bédié, « les affrontements intercommunautaires ont fait trois morts et 41 blessés », a déclaré à l’AFP la préfète de région Solange Aka.

A Daoukro (centre-est), fief de l’ancien président et principal opposant Henri Konan Bédié, « les affrontements intercommunautaires ont fait trois morts et 41 blessés », a déclaré à l’AFP la préfète de région Solange Aka.

LIRE AUSSI: Affrontements à Daoukro : 3 morts ce 9 novembre 2020

“Une (personne) à été décapitée et une autre est morte brûlée”, a précisé la préfète, indiquant que le des routes par des militants rendait difficile l’évacuation des blessés. Ces trois morts ont été confirmés par le président du conseil régional Adam Kolia Traore.

A Elibou (centre), trois personnes ont été tuées dans des affrontements entre des gendarmes et des habitants de plusieurs localités de la zone qui manifestaient en bloquant l’autoroute, selon les témoignages de plusieurs habitants.

Au moins vingt personnes ont été tuées depuis le scrutin du 31 octobre et au total une cinquantaine de personnes sont mortes depuis l’annonce de la candidature de M. à un troisième mandat controversé au mois d’août.

LIRE AUSSI: A Daoukro, les 208 bureaux de vote sont restés fermés

Le Conseil constitutionnel a validé lundi la réélection du président Alassane Ouattara sur un score écrasant de 94,27% des voix, dernière étape avant son investiture en décembre.

Des incidents se sont également déroulés lundi à Bouadikro et Bongouanou, fiefs du porte- de l’opposition Pascal Affi N’Guessan, selon des habitants, ainsi qu’à Abidjan dans le quartier populaire de Yopougon, selon un journaliste de l’AFP.

LIRE AUSSI: Affrontements communautaires: Sur les cendres de Toumodi

La crainte d’une escalade des violences reste présente en Côte d’Ivoire, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3.000 morts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici