en : la Cour constitutionnelle a invalidé 78 des 1.585 dossiers de candidatures , a annoncé .

Parmi les dossiers invalidés figurent ceux de députés actuellement en fonction, tout comme certains membres du gouvernement. La moralité douteuse, la non-appartenance à un parti politique, les accointances avec des groupes armés, ainsi que les poursuites judiciaires sont parmi les principaux motifs du rejet, selon Mme Darlan.

C’est ainsi que la Cour a écarté les candidatures de Mathurin Dimbélé Nakoé, actuel vice-président de l’, et de bien d’autres parlementaires qui ont des affaires pendantes devant la justice. Le ministre de la Modernisation de l’Administration publique, Armel Ningatoloum Sayo, a été épinglé pour avoir créé un groupe armé actif dans l’ouest du pays, l’aile Révolution-Justice, également appelé RJ Sayo.

LIRE AUSSI: FINANCEMENT DE L’OPÉRATION MOTOS-TAXIS À MAN

Le camp de l’actuel président Faustin-Archange Touadéra n’a pas été épargné. Hormis certains candidats, Zama Javon Papa a lui aussi été écarté de course, car se réclamant d’une organisation de la société civile satellite au MCU (Mouvement cœurs unis) de M. Touadéra.

Outre les législatives, le 27 décembre sera également l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici