Exif_JPEG_420

A part le domaine du transport en commun qui tarde à se rétablir , la vie à repris son cours à Lakota depuis l’élection présidentielle.

Il s’agit en particulier des sociétés de transport en direction d’Abidjan. Dans les gares des sociétés ‘’ Express du Ranch’’, Lôh-Djiboua’’ ou ‘’ Express Sud-Bandama’’, la situation est la même depuis le 31 octobre, jour du scrutin. Les grilles sont closes. “Il n’y a pas de départ pour l’instant”, répond-t-on aux usagers. Un chauffeur rencontré à la gare de ‘’ l’express du Ranch’’ a expliqué que le personnel attend l’autorisation de la direction pour commencer à rouler.

LIRE AUSSI: 1960 ou le visage des indépendances des colonies françaises d’Afrique
Cette situation crée évidemment des désagréments aux usagers notamment ceux ayant quitté Abidjan pour la province. Dago Nadine, en service au Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Angré, venue à Lakota pour fuir les violences d’Abidjan, ne peut plus rejoindre son service. Comme cette dame, plusieurs autres personnes se trouvent bloquées pour l’instant à Lakota.

LIRE AUSSI: Serge Kassi réagi au coup de fil de Gbagbo à Hamed

Côté taxis-brousses, c’est seulement le mardi 03 novembre que les premiers véhicules ont commencé à rouler. Par mesure de prudence, les automobilistes ont garé leurs véhicules, explique-t-on.

Un véhicule de transport en commun, rappelle-t-on, affrété par la commission électorale indépendante (CEI) pour convoyer le matériel électoral avait été incendié à Goudouko, le jour du scrutin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici