Décryptage de l’interview de l’ancien président accordée à TV5Monde par le journaliste Bally Ferro.

Laurent Gbagbo a accordé une interview à TV5MONDE. Deux observations pour ce baptême du feu, après huit ans de séjour carcéral au quartier pénitentiaire de Scheveningen et presque 20 mois de liberté:

1. Dans son interview au quotidien français Le Monde (24 octobre 2020), Alassane Ouattara a déclaré que s’il a fait supprimer la visite médicale dans les dispositions constitutionnelles sur l’éligibilité des candidats à la présidentielle, c’était expressément pour Gbagbo qui « aurait des problèmes de santé ». L’ancien président de la République a dû subir alors une véritable cure de jouvence. Il est apparu frais, détendu et serein comme s’il sortait, comme Houphouët-Boigny, de l’hôpital des bien portants.

2. Laurent Gbagbo est resté égal à lui-même. Il demeure l’animal politique qui a gardé ses crochets et ses feintes comme Garrincha, pour ses partisans, et le boulanger, pour ses adversaires. Il a dribblé tous ceux qui l’attendaient dans un discours vindicatif pour répondre aux propos guerriers de son successeur. Il a joué balle à terre.

LIRE AUSSI: Mankono : une tentative de vol déjouée par la police

Sans naturellement faire de passe à l’adversaire, Gbagbo interpelle fermement Ouattara sur la violation des textes, dont il s’est rendu coupable et qui conduit le pays « à la catastrophe ».

LIRE AUSSI: COVID-19 RUSSIE : 17.717 NOUVEAUX CAS SIGNALÉS

Il soutient donc l’opposition. « Je voudrais dire aux Ivoiriens que dans ce combat qui se mène aujourd’hui autour du troisième mandat, je suis, moi Laurent Gbagbo, ancien président de la République, ancien prisonnier de la CPI, résolument du côté de l’opposition », affirme-t-il pour certainement donner le coup d’envoi de sa (re)descente dans l’arène politique. Comme si la CPI était définitivement derrière lui, lui « l’ancien prisonnier ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici