Qu’on l’aime, qu’on ne l’aime pas, donne libre cours à sa passion, celle de la musique. Sa de vaincre reste sa marque de fabrique. Il ne se laisse nullement démonter et fonce malgré les épreuves. Les singles, il les enchaîne. Après ”faut pas abuser”, il se signale avec ”qui n’aime pas ça” sous-titré “”, une belle chanson sur une rythmique afro trap coupé décalé. C’est dansant et remuant. La cerise, de belles jeunes débarquées du pour la réalisation du clip de la chanson en question. Comment tout cela a été orchestré. Les événements marquants de sa vie. Celui qui se fait appeler le prince de Poy se laisse découvrir.

Lire aussi : DJ ARAFAT IRONISE SUR LES DÎMES À L’ÉGLISE : ”OÙ VONT LES QUÊTES QUI…

Tiesco le Sultan, un bilan à mi-parcours

Le bilan est très positif, même s’il reste encore beaucoup de travail à faire. N’empêche, mon objectif reste le même. Travailler dur afin de pouvoir imposer ma musique.

Penses-tu pouvoir atteindre un jour le succès musical que tu recherches tant ?

Oui, j’y crois fermement et beaucoup de signes me le prouvent parce que de plus en plus, des fans m’envoient des vidéos qu’ils réalisent sur mes chansons. C’est déjà un début. Pour le succès, ce n’est donc plus qu’une question de temps.

Pourquoi tant d’efforts déployés pour pouvoir et vouloir t’imposer dans le domaine artistique ?

Ma vie est dédiée à ma passion, celle de la musique. C’est ce que j’aime et que je sais faire le mieux.

S’il y’a une chose que l’on doit te reconnaître, c’est ta rage de vaincre. D’où tires-tu cela ?

Tiesco Le Sultan et l”une de ses filles

Il n’y a qu’une seule explication à cela. Ma rage de vaincre, je la tire de mes trois filles. Elles méritent le meilleur.

Quelles sont les cinq dates qui t’ont marqué dans ta vie ?

Je dirais, la naissance de chacune de mes filles.

Quelques événements marquants de ta vie

Tous les moments difficiles que j’ai traversés restent à jamais gravés.

Qui n’aime pas ça…Ton dernier single en date, penses-tu pouvoir t’imposer avec ?

Tout va dépendre de Dieu et de l’appréciation des mélomanes. A mon niveau, je fais ce que je peux et ce que je dois faire. Sur le plan de la promotion, je fais le maximum. Après, le reste n’est pas de mon ressort. J’espère tout de même le meilleur pour ce titre.

Lire aussi : Tiesco le sultan, ce qu’il reproche à Dj Arafat

Tiesco Le Sultan et le rappeur Kaaris

Dans un extrait du clip de la chanson “qui n’aime pas ça “, on voit de belles anglophones se trémousser, parle nous d’elles. Comment es-tu rentré en contact avec elles ? Cela t’a coûté combien leur participation à ton clip ?

Ces filles en question, ce sont des amies à moi sur Instagram qui ont voulu venir découvrir la Côte d’Ivoire. Je n’ai eu juste qu’à payer leurs billets d’avion. Elles sont trois au total. Tout naturellement, elles ont décidé de figurer dans mon clip juste par reconnaissance et en guise de remerciements. Ce sont des filles qui apprécient aussi ce que je fais comme musique. Il n’y a rien eu de plus autre que ça. Je n’ai pas payé leurs prestations.

Tiesco, ce sont les clashs, tu sembles t’être calmé apparemment ?

En chacun de nous, il y’a ce petit côté clash. Personnellement, je suis quelqu’un qui réagit spontanément. Sinon, lorsqu’on ne me cherche pas de noises, je suis dans mon coin et je m’attelle au travail.

De quels artistes ivoiriens es-tu le plus proche ?

Personne…On se salue juste au passage sans plus.