Le 1er février 2000, devient le tout premier artiste africain à se produire et à remplir l’une des plus grandes salles de France, le palais omnisports de et ses 17000 places. Loin cette époque prodigieuse où la régnait en maître absolu à l’international. ça, c’était avant la déferlante coupé décalé et la razzia débutée en 2002 pour ne plus s’arrêter. En France et bien partout en Europe, la a pris de l’ascendance sur la musique congolaise et bien de musiques de pays africains. Conscient de cette hégémonie, Koffi Olomidé veut battre le rappel des troupes au niveau de la musique congolaise. En leader, il veut prendre les choses en mains et relancer alors la musique congolaise afin de lui permettre de revenir au premier rang. Aussi, après l’hommage qu’il compte rendre à son père ce mardi 30 avril, ce sera ce, à quoi il va s’atteler, le temps de son séjour sur le sol français.

Lire aussi : PARIS-KOFFI OLOMIDÉ VA RENDRE HOMMAGE À SON PÈRE !

La musique ivoirienne est prévenue

Au moment où la Côte d’Ivoire est annoncée au Zénith de Paris en 2019, au moment où les promoteurs de musique ivoirienne pullulent en France, Koffi Olomidé veut peser de tout son poids pour permettre à la musique de son pays de rayonner. L’annexion annoncée est un avertissement à la musique ivoirienne qui certes, bénéficie d’une grosse visibilité à l’international, mais manque d’organisation et surtout de solidarité. Koffi Olomidé, c’est quarante années de carrière et lorsqu’il décide ainsi de s’investir pour son pays, il le fera avec fracas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici