Ce samedi 23 mars, les Éléphants de Côte d’Ivoire affrontent le Rwanda dans le groupe H dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019. Classés deuxième dans leur groupe, les ivoiriens sont assurés d’une qualification. Mais ils devront battre l’équipe rwandaise sur leurs bases, histoire d’affiner les automatismes avant les grandes batailles continentales qui ont lieu du 7 au 30 juin 2019 en Egypte. Dans la liste des 23 joueurs appelés par Kamara Ibrahim, le sélectionneur ivoirien, on note une absence de taille, celle de Yao Kouassi Gervais dit . Malgré ses bonnes statistiques en et ses appels incessants à rejoindre la sélection nationale, le dribbleur fou est laissé pour compte. Les raisons avancées par Kamara Ibrahim sont le fait qu’il souhaite faire tourner l’équipe avec laquelle il s’est battu pour les éliminatoires, privilégiant selon lui, l’esprit de groupe au détriment d’un joueur. Selon nos requêtes, les raisons de la non sélection de Gervinho seraient ailleurs.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE-EN REFUSANT DE RECEVOIR AFFI N’GUESSAN, LES DEUX LEÇONS QUE LAURENT GBAGBO DONNE…

Gervinho victime de sa dissidence

Le football ivoirien est géré à l’image du pays. Sans état d’âme et sans aucun respect de l’éthique devant régir la gestion de la chose commune. Un joueur qui flambe dans un championnat aussi réputé que le calcio plantant but sur but avec une sacrée expérience devrait pouvoir encadrer les jeunes appelés en équipe nationale. Hélas. Le tort de Gervinho est d’être propriétaire d’un qui évolue en division 3 en côte d’Ivoire. En tant que président de , il fait partie des présidents frondeurs réunis au sein du GX, et qui demandent le départ incessant de de l’instance faîtière ivoirienne. Du fait donc de sa dissidence, lui a tout simplement barré la voie de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Espérant que pour la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte, les dirigeants du football ivoirien revoient leur copie.