En route en ce moment pour Abidjan, après sa manquée avec ”son patron”, c’est un Affi N’guessan tout furieux qui n’a pas attendu d’arriver en Côte d’Ivoire, et qui a publié un de presse en réponse à celui du Front Populaire Ivoirien. ”J’ai dit non”, a-t-il martelé.

Affi N’guessan : ”Robert Navarro de RFI m’attendait”

Pascal Affi N’Guessan- Président du FPI : ”Militantes et militants du FPI, Démocrates ivoiriens, Mesdames et messieurs, Je vous écris depuis l’aéroport Charles de Gaulle, d’où je suis en partance pour Abidjan. Depuis deux jours, je suis à Paris en raison de ce que M. Acka Emmanuel, un ami du président Gbagbo, m’a assuré de ce que ce dernier avait accepté de me recevoir à Bruxelles.

Lire aussi : Rencontre Laurent Gbagbo-Affi N’Guessan : Les raisons d’une rencontre qui n’a pas eu lieu

Il m’a même autorisé à rendre publique l’information relative à cette rencontre. L’entretien avec le président Gbagbo devait se dérouler en présence de M. Assoa Adou. J’ai fait escale à Paris pour que M. Acka et moi fassions chemin ensemble. À ma grande surprise, à mon arrivée à Paris, M. Acka Emmanuel me fait comprendre que le président Gbagbo exige avant de me recevoir que je fasse, au préalable, une déclaration sur Radio France internationale (RFI). Le journaliste Norbert Navarro m’attendait pour celle-ci. J’ai trouvé l’esprit de cette déclaration, son contexte et son contenu méprisant, insultant et contraire à l’esprit de réconciliation et d’unité du parti qui m’anime.

Lire aussi : COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN APRÈS L’ÉCHEC DE LA RENCONTRE ENTRE LAURENT…

En conséquence, j’ai refusé, j’ai dit “NON”. Je n’ai donc pas pu me rendre à Bruxelles pour rencontrer le président Gbagbo. J’ai été bloqué à Paris. Je retourne à Abidjan où, dans les prochains jours, j’animerai une conférence de presse en vue d’éclairer l’opinion publique sur les circonstances et les raisons pour lesquelles la rencontre a échouée. Pour ma part, je reste toujours disponible et résolument engagé à œuvrer pour l’unité du parti et pour la réconciliation entre les filles et les fils de la Côte d’Ivoire. Paris, le 22 mars 2019, Pascal Affi N’Guessan