Jean Bonin rassure les militants de l’opposition : “nous progressons”

0
334

Plusieurs militants de l’opposition ivoirienne déçus de la situation actuelle en Côte d’Ivoire, ont été interpellés par Jean Bonin.

À vous qui semblez être découragés ou qui doutez de l’issue de notre engagement en faveur de l’édification d’un État de droit en Côte d’Ivoire, ce post est pour vous.

Que le combat pour la et le vrai vivre ensemble en Côte d’Ivoire ne vous semble pas perdu. Bien au contraire, contrairement aux apparences, nous progressons. Pour mener ce combat à terme, nous devons être soudés, déterminés et agir de façon coordonnée, utile et sereine.

Comme dans une équipe, il faut des attaquants (Affi Nguessan, Mabri Touakeusse…), des milieux (Boni Claverie, , …), des défenseurs (Bedié, Koulibaly, Anaky…) et des alliés. Nous avons le peuple digne avec nous. Nous avons un effectif de qualité sur le banc de touche. Chacun doit jouer au poste dans lequel il excelle le plus afin que le match soit plié.

Nos adversaires ont la montre, nous avons le temps et la vérité pour nous. Il a fallu à Ado 18 ans (1993 à 2011) pour être propulsé au pouvoir par l’ française. Il a fallu quasiment plus ou moins au Burkinabés, aux Tunisiens ou aux Égyptiens pour venir à bout de la dictature chez eux.

Je comprends votre impatience. Mais soyez rassurés qu’il nous faudra pas 30 ans pour imposer la démocratie inclusive en Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI : Affi N’Guessan décédé ? son porte-parole donne des précisions

Mon séjour actuel en Europe, aux côtés de certaines personnes dont je préfère pour le moment taire le nom, nous permet chaque jour un peu plus de gagner du terrain sur le plan de la communication et de la diplomatie, les secteurs sur lesquels reposent le pouvoir RDR.

Nous allons donc nous atteler, minutieusement et intelligemment, à saper les bases communicationnelles et diplomatiques de ce pouvoir chancelant, qui ne se maintient que parce qu’il terrorise une grande majorité de nos concitoyens avec ses microbes et autres miliciens .

Nonobstant les menaces de mort, les assassinats et les arrestations tout azimut d’opposants il faut garder à l’esprit que tous les peuples finissent un jour par tuer en eux la peur et finissent par affronter la tyrannie. Cela est inéluctable car on arrive, tôt ou tard, à vaincre et à dominer la peur qui nous neutralise. Nous y travaillons, comme nous avons travaillé sur la deconstruction de leur communication et leur diplomatie. Les résultats sont visibles et palpables.

Ils nous croient ébranlés. Ils ont tort car ils devraient se méfier de l’eau qui dort.

Paris le 19 novembre 2020.

Jean Bonin
Juriste
Vice-président du FPI
Défenseur des droits de l’Homme et des Peuples.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici